Göksu Kunak

AN(A)KARA 

AN(A)KARA 
AN(A)KARA 

21.10.2022

Bienvenue dans une utopie dégénérée, un billet pour un voyage dans le temps : AN(A)KARA est une émission de variétés télévisées de science-fiction animée par Gucci Chunk alias Göksu Kunak, qui se concentre sur le modernisme tardif de la Turquie en lien avec la ville d'Ankara, oscillant entre orientalisme et occidentalisation. 

AN(A)KARA enquête sur l'effondrement et la décadence d'une société imaginaire avec des références à des absurdités réelles : des instruments de propagande tels que les monuments nationalistes et les émissions de variétés télévisées de la Turquie. 

Göksu Kunak explore également le glissement des concepts temporels : du kısmet, l'idée que le destin prédétermine la voie d'un individu, au rythme rapide du néolibéralisme et aux frictions entre les deux. AN(A)KARA traite de la construction des sociétés modernes et des pertes qu'elle engendre. Les souvenirs et les confusions d'un enfant musulman apparaissent sous forme de voix et d'objets parlant dans les années 1980 et 1990. Alors que la performance propose un aperçu de cette époque particulière de l'histoire récente de la Turquie, Göksu Kunak aborde simultanément les clichés et les conflits concernant l'Orient et l'Occident, ainsi que l'(auto)censure.  

• Göksu Kunak (Ankara, 1985) alias Gucci Chunk est un écrivain, performeur et  créateur de performances basé à Berlin. Utilisant des méthodologies queer et des textes hybrides, le travail de Kunak met en évidence la problématique des structures hétéro-patriarcales, tout en explorant l'orientalisme, l'auto-orientalisation, ainsi que les masculinités orientales et leur imbrication avec la gouvernementalité de l'État.


presented by Kaaitheater

concept, performance, installation, costume and sound Göksu Kunak | dramaturgy Isabel Gatzke | light design Annegret Schalke | stage design Julian Weber | production Nara Virgens / Florian Greß | sound mastering Laure M. Hiendl | documentation Ethan Folk | special thanks to Mateusz Szymanówka and Övül Ö. Durmuşoğlu | with the generous support of Berlin Senate Department of Culture and Europe