Olivier Marboeuf

Towards a Living Place

Towards a Living Place
Towards a Living Place

05.03.2022

Si nous considérons les films réalisés à partir de situations et de perspectives minoritaires comme des prototypes de mondes possibles, nous pourrions alors nous demander comment vivre et pratiquer ces mondes en question. C'est-à-dire, comment s'éloigner de l'économie de la simple métaphore pour passer de l'art à un mode de vie émancipé, un lieu sans propriétaire. C'est l'une des opérations, l'un des mouvements, que je qualifie de " décolonial " - pour autant que ce mouvement cesse de se focaliser uniquement sur la question du " qui parle ? " (qui est néanmoins indispensable) mais se demande aussi vers où nous parlons, vers quelle possibilité plus large de vie ? Pour que ce mouvement advienne, il faut cependant en examiner les conditions, dont l'une repose sur notre capacité à décrire le lieu dans lequel nous parlons et donc à comprendre collectivement pour qui nous parlons, au service de quoi. C'est saisir tout ce qui se joue dans les marges de la scène de représentation à laquelle nous sommes convié·es. C'est élaborer une manière juste de passer d'un lieu à un autre, en utilisant les œuvres d'art à la fois comme d’habiles écrans qui dissimulent ce que nous faisons vraiment et comme des mondes possibles que nous nous engageons secrètement à expérimenter. En parcourant l'un de mes textes récents, Vers un cinéma déparlant (Une hypothèse caraïbe), Olivier Marboeuf voudrait tenter d'imaginer les potentialités du cinéma minoritaire considéré comme une pratique d'hallucination collective qui, par la cacophonie, invente un de ces lieux innommables.

Avant cette conférence, Robin Vanbesien donnera une introduction à la deuxième journée du cercle d'étude Ciné Place-Making.


Olivier Marboeuf est écrivain, conteur et commissaire d'exposition. Il a fondé le centre d'art indépendant Espace Khiasma, qui a fonctionné de 2004 à 2018 aux Lilas, en banlieue parisienne. Le programme qu'il y a développé abordait les représentations des minorités et les situations post-coloniales à travers des expositions, des projections, des débats, des performances et des projets collaboratifs. Marboeuf s'intéresse aux différentes modalités de transmission du savoir, et imagine des structures permanentes ou éphémères à partir de conversations et de récits spéculatifs ; ses œuvres croisent la fiction poétique et les théories spéculatives. Puisant tant dans l'imaginaire et la littérature des Caraïbes que dans les mythologies des banlieues, Marboeuf explore les moyens de rendre sensible l'histoire qui s'imprime dans les corps minoritaires et les récits des communautés en errance. Ses textes récents sont publiés sur son blog : Toujours Debout. Il produit actuellement des films dans le cadre de Spectre Productions et contribue à l'unité de distribution et de recherche cinématographique Phantom. Marboeuf vit et travaille entre Paris et Rennes.

Robin Vanbesien est un artiste et cinéaste. Au coeur de ses films et de ses recherches se trouve la relation entre une pratique de l'image en mouvement et la poétique de la création de lieux de diverses pratiques sociales émancipatrices de base, de réseaux ainsi que de mouvements sociaux. Dans le prolongement de ces films, sa pratique se matérialise également par des installations (de l'installation multi-écrans à la photographie, la peinture et le dessin), ainsi que par l'écriture, la pédagogie critique (y compris des ateliers participatifs et des performances) et des programmes de films organisés. Vanbesien est chercheur doctoral à Sint Lucas Antwerpen et à l'Université d’Anvers. Il est également le coordinateur et le principal coach du programme de maîtrise dans un contexte sociopolitique à Sint Lucas Antwerpen. Le travail de Vanbesien a été largement présenté au niveau international : transmediale, Haus der Kulturen der Welt (Berlin), Cinéma du Réel, Centre Pompidou (Paris), Contour Biennale (Malines), Biennale d'Athènes, Sculpture International Rotterdam, WIELS (Bruxelles), Lumiar Cité (Lisbonne), Videograms (Vilnius), Netwerk (Alost), Kaaitheater (Bruxelles), Beursschouwburg (Bruxelles), Extra City Kunsthal (Anvers), Objectif Exhibitions (Anvers), Vooruit (Gand), etc. Sa dernière publication est Solidarity Poiesis : I Will Come and Steal You (b_books, MER. Paper Kunsthalle, Sarma, 2017). Depuis 2020, il est membre cofondateur de The Post Film Collective qui pratique le cinéma comme une forme de polyphonie, de création de lieux et de rassemblement communautaire.

There's more

CINÉ PLACE-MAKING

CINÉ PLACE-MAKING
CINÉ PLACE-MAKING

ve 04.03.22 - sa 05.03.22

During this two-day study circle with screenings, panel discussions and lectures, you will meet several filmmakers who consider film practice as a form of space-making. How can film lead to a more radical awareness of making space? How can it offer a reflection on the daily struggles of people for whom freedom is a place? How can film undo the violent conditions and infrastructures that perpetuate oppression?