Marisol de la Cadena & Isabelle Stengers Mihnea Tanasescu (mod.)

How Large is a Person? Breaking through singular ways of being and knowing

How Large is a Person?
How Large is a Person?

14.12.2021

La personne est avant tout une idée, et la penser en termes d'une incarnation particulière revient à s'inscrire dans une tradition qui impose une forme particulière à sa notion-même. Dans le monde occidental, il s'agit de l'image d'un humain rationnel et individuel appartenant à une classe particulière. Cette façon de penser n'est ni la seule ni la plus fructueuse - elle masque les différents modes de connaissance inhérents à la multiplicité.

Nous explorerons au cours de cette soirée comment l'identité humaine a été construite, et comment elle peut être décentrée et élargie à différentes façons de voir et d'être. Par le biais de l'anthropologie critique et de la philosophie des sciences, nous examinerons le riche héritage épistémologique et ontologique des différentes manières d'être dans le monde et, des diverses façons de construire la connaissance. L'individu rationnel et universel a brutalement éliminé les personnes mutables existant à l'intersection de multiples êtres, ainsi que les manières collectives et inter-espèces de construire la connaissance qui persistent dans les sciences, bien que souvent non reconnues. Sous le rouleau compresseur de la modernité, nous découvrirons de nombreuses possibilités pour un futur plus convivial.

20:00 - Introduction par Mihnea Tanasescu
20:10 - Conférence principale de Marisol de la Cadena : "Runa, human but not only". (via Zoom)
20:40 - Présentation de l'œuvre d'Isabelle Stengers, par le biais d'une séance de questions-réponses avec Isabelle Stengers et Mihnea Tanasescu.
20:50 - Q&R avec Isabelle Stengers et Marisol de la Cadena, modéré par Mihnea Tanasescu
21:30 – Musique et performance vidéo par Mandrill Kin (live)
21:40 – Outro

Marisol de la Cadena est professeure d'anthropologie à l'Université de Californie, Davis. Elle est l'autrice de Earth Beings. Ecologies of Practice Across Andean Worlds (2015) et Cultures of Race and Hybridity in Latin America (2011) notamment. Elle a coédité A World of Many Worlds (2018) et The Uncommons (2017) avec Mario Blaser.

Mihnea Tanasescu est un écologiste politique travaillant au département des sciences politiques de la Vrije Universiteit Brussel. Il a travaillé sur la représentation politique des entités naturelles ainsi que sur la conservation, la restauration et le réensauvagement de la nature en Europe. Il a deux ouvrages à paraître. Understanding the Rights of Nature: A Critical Introduction et Ecocene Politics.

Isabelle Stengers est professeure emérite de l'Université Libre de Bruxelles. Après avoir obtenu son diplôme en chimie, elle s'est tournée vers la philosophie et, en tant que doctorante, a travaillé dans le département de chimie physique d'Ilya Prigogine. Ses premiers travaux avec Prigogine et sa thèse portaient sur le contraste entre l'inventivité conceptuelle de la physique et sa prétention à proposer une vision générale du monde. Cela l'a conduite à développer une critique du modèle d'objectivité qui mime les sciences théoriques-expérimentales, et tait la multiplicité divergente des pratiques scientifiques. Dans cette perspective, elle a proposé, comme un défi indissociablement politique et culturel, le concept d'une écologie active des pratiques, inscrite dans un environnement démocratique et exigeant. Son travail de philosophe défend la possibilité d'un constructivisme spéculatif et aventureux, qu'elle met en relation avec la philosophie de Gilles Deleuze, Alfred North Whitehead et William James, ainsi qu'avec l'anthropologie de Bruno Latour et l’aventure de la pensée SF de Donna Haraway. Parmi ses livres publiés qui ont été traduits en anglais: Order out of Chaos avec Ilya Prigogine, L'invention des sciences modernes, La Sorcellerie capitaliste. Pratiques de désenvoûtement avec Philippe Pignarre, Cosmopolitique I et II, Penser avec Whitehead, Les Faiseuses d'histoires. Que font les femmes à la pensée ? avec Vinciane Despret,  Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, Une autre science est possible !

Mandrill Kin est un musicien et artiste visuel basé à Bruxelles. Sa série de performances intitulée Anthropocene développe des compositions ambiantes et texturées qui interagissent avec des bricolages visuels afin d’explorer la perte, le deuil, le désespoir, l'action ainsi que la résistance en temps de crise écologique.

 


part of A Series of More-Than-Human Encounters, curated by Kaaitheater & Crosstalks in dialogue with Gosie Vervloessem, Olave Nduwanje, Mihnea Tanasescu & Marialena Marouda

There's more

A Series of More-Than-Human Encounters

Songing With Our Ancestors: Hydrofeminisms

talk

Songing With Our Ancestors: Hydrofeminisms
Songing With Our Ancestors: Hydrofeminisms

talk

ma 25.01.22

Cette dernière session de Series of More-Than-Human Encounters est consacrée aux histoires sur les océans en relation avec l'hydroféminisme. Cette forme de féminisme est particulièrement sensible à la faune aquatique et à la manière dont nous pouvons être solidaires avec elle. Cette réflexion s'inspire également de la musique et des chants – les "songings" – car ils peuvent être un moyen de créer une communauté inter-espèces, mais également un outil  de résistance.