Kinkaleri [Prato]

<Otto>

<Otto>
<Otto>

12.11.2005

Le groupe italien Kinkaleri, basé à Prato près de Florence, se compose de six artistes – Matteo Bambi, Luca Camilletti, Massimo Conti, Marco Mazzoni, Gina Monaco et Cristina Rizzo. Les disciplines qu’ils maîtrisent entre eux, sont présentes dans tous leurs projets mais à divers degrés et variations : théâtre, performances, installations, projections vidéos, installations sonores, scénographies, danse, audiodrames, traductions, compositions musicales, publications, etc.
   Toutes ces créations ont une nature hybride. Toutes les tâches du groupe – des plans et du concept de la dramaturgie et de l’interprétation jusqu’à la distribution et l'administration – sont exécutées collectivement. Ils estiment que le suivi collectif de l’ensemble d’un projet parallèlement à leur propre développement créatif est une nécessité pour leur épanouissement artistique. En Italie mais aussi dans toute l’Europe, ils sont considérés comme l’un des groupes expérimentaux les plus importants de leur génération, tant en matière d’art de la performance que des arts plastiques. Kinkaleri, créé en 1995, se profile en tant qu’emporium, en tant que « conteneur ouvert de toute une série d’activités ». Kinkaleri signifie d’ailleurs en serbo-croate une collection de bric-à-brac, un comptoir, un grand magasin vendant les objets les plus disparates.

Kinkaleri est l’hôte du Kaaitheater avec trois spectacles qui forment une trilogie.

Ils décrivent My Love For You Will Never Die comme un lieu, un paysage, un pays qui respire le calme et la tendresse et qui le transmet au public. Un spectacle qui ressemble à une immersion dans un bain turc où le public est enveloppé de vapeur, de chaleur et d’humidité. Dans cet environnement, le spectateur a le temps d’observer chaque objet en détail, le temps pour les yeux, le temps pour les choses. À la longue, on ne peut se défaire de l’impression que les objets nous regardent à leur tour. Un spectacle qui n’est dédié à personne en particulier.

<Otto> peut à son tour être considéré comme un « vacuum » : un lieu de résidence, d’attente. Il n’y a pas d’histoire. La matière de ce spectacle provient du deuxième livre de Louis Wolfson, Ma mère, musicienne, est morte de maladie maligne au milieu du mois de mai mille977 au Mémorial à Manhattan, basé sur les notes laissées par la mère de l’auteur. Louis Wolfson est un schizophrène qui vit à New York, dont le premier livre L’étudiant en langue aliéné a inspiré le spectacle mémorable de Gerardjan Rijnders : Wolfson, de talenstudent (1985). Wolfson a développé des idées apocalyptiques pour pouvoir mettre fin à la vie sur la terre : « un point final à l’enfer de la planète ». De même que le moi et l’univers forment un tout dans l’univers mental du schizophrène, <Otto> crée une image de l’univers qui coïncide avec celui qui la regarde. L’observé et l’observateur fusionnent, ce qui remet d’emblée en question toute forme de représentation au théâtre.

Le titre I Cenci/Spettacolo se réfère à Les Cenci, un texte de théâtre perdu d’Antonin Artaud. Kinkaleri ne se penche pas sur la vie ou la folie d’Artaud, ni sur ses textes de ou sur le théâtre, mais s’intéresse aux « conditions culturelles de l’acceptation, démontrées par l’œuvre d’Artaud ». Il s’agit avant tout du champ de tension utopique, existentiel et philosophique entre l’auteur et son œuvre, de la « dissociation de l’âme animale et de la mort ». À l’instar de tous les spectacles de Kinkaleri celui-ci aborde également le théâtre comme un espace de recherche et remet en cause la signification actuelle de la performance en public dans un monde dominé par l’image, la représentation et la reproduction. Dans l’approche politique de Kinkaleri concernant la place qu’occupe leur œuvre dans le monde actuel, l’impossibilité de définir le théâtre, son inanité, est peut-être justement sa nécessité ultime et absolue.


<OTTO>
réalisé par
Matteo Bambi, Luca Camilletti, Massimo Conti, Marco Mazzoni, Gina Monaco, Cristina Rizzo
production Kinkaleri
en collaboration avec Teatro Studio di Scandicci (Scandicci), Teatro Metastasio (Prato), Xing (Bologna)
support The Italian ministry of culture – Regione Toscana – European Network DBM, Dance Bacin Mediterranée