RADIO ÉTOILE Sept conversations sur l’art, les centres d’art et le monde

RADIO ÉTOILE
RADIO ÉTOILE

03.10 – 06.10.2017

À quel point le monde a-t-il changé depuis 1977 ? L’appel à une nouvelle dimension politique pour remplacer la dimension purement comptable de la politique néo-libérale ne cesse de s’amplifier. La quête d’une étoile qui nous indiquerait une autre voie devient sans plus urgente. RADIO ÉTOILE pose la question du potentiel d’action des artistes et les maisons des arts dans une telle situation. Pouvons-nous et devons-nous être directifs ? Nous invitons des artistes, des penseurs, des professeurs et des journalistes à engager la discussion autour de cette question en sept sessions d’une heure.


MARDI 3/10

18:00 > 19:00
Jan Ritsema & Elke Van Campenhout (modérateur Guy Gypens)
Sur l’institution d’art entre État et marché

À quoi doit ressembler l’institution d’art du futur ? La maison à moitié vide qu’est devenu l’État-nation n’offre plus de cadre de travail à l’héritage citoyen de bon nombre d’institutions artistiques. La tempête dans laquelle le capitalisme du changement de siècle a abouti met l’orientation mercantile de ces institutions sous pression. Où se situent les possibilités entre État et marché ? À quoi ressemble l’institution d’art pertinente ?

19:00 > 20:00
Anne Teresa De Keersmaeker & Charlotte De Somviele (modérateur Wannes Gyselinck)
Sur le caractère intergénérationnel de la danse

Cela a commencé par une génération particulièrement talentueuse dans les années 80. Aujourd’hui, Bruxelles est La Mecque de la danse contemporaine. Comment le champ émergent vit-il les conditions qu’une génération précédente a arrachées ? Comment les générations apprennent-elles les unes des autres ?


MERCREDI 4/10

18:00 > 19:00
Myriam Sahraoui & Simon Allemeersch (modératrice Guy Gypens)
Sur les pratiques artistiques participatives

Comment engage-t-on une conversation dans une société dans laquelle « la différence » et « l’altérité » sont toujours plus explicitement présentes ? La pratique artistique participative est une forme de recherche artistique au cours de laquelle artistes et citoyens partent ensemble en quête de la forme appropriée pour faire résonner des voix alternatives et pour faciliter ce dialogue partagé. Le travail artistique fait office de moteur pour un processus plus vaste que la seule création d’un produit final.

19:00 > 20:00
Luk Lambrecht & Katleen Van Langendonck (modérateur Pieter T’Jonck)
L’art de la performance dans la zone floue entre arts plastiques et art du spectacle vivant : grain de sable dans le rouage ou locomotive pour attirer le public.

Les théâtres invitent des plasticiens. Le « live art » occupe une place toujours plus importante dans les musées, galeries et biennales d’art. Ce qui peut être une analyse intéressante – le décodage aussi bien de l’œuvre d’art, du public que de l’institution – paraît se mercantiliser depuis que les artistes proposent de plus en plus souvent une version muséale et une version scénique de leur œuvre. Vito Acconci avait-il raison lorsqu’il prétendait que l’art de la performance ne pouvait être que provisoire ? Quel peut être l’avenir d’une forme d’art si fragile par essence ?


JEUDI 5/10

17:00 > 18:00
Tim Etchells & Pieter De Buysser (modératrice Esther Severi)
Sur l’(im)puissance de la parole

All we have is words, all we have is worlds.
(Nous n’avons rien que des mots, nous n’avons rien que des mondes.)
Cette phrase, écrite en tube de néon, est suspendue au-dessus de l’entrée du Kaaitheater. Il s’agit d’une citation et d’une œuvre d’art de Tim Etchells. Quelle est la place du mot, du texte, de la narration aujourd’hui ? La parole qui tente de saisir et d’exprimer la complexité a-t-elle encore quelque pouvoir contre la parole simpliste populiste ? La parole a-t-elle d’ailleurs encore quelque pouvoir que ce soit face à la puissance de l’image ?

18:00 > 19:00
Richard Schechner & Michiel Vandevelde (modérateur Kristof Van Baarle)
Sur le théâtre révolutionnaire

Michiel Vandevelde crée en mai 2018 une nouvelle version de Paradise Now du The Living Theater avec des jeunes de 12 à 18 ans (en collaboration avec fABULEUS). Richard Schechner a vu le spectacle en 1968. Qu’en est-il aujourd’hui du théâtre qui souhaite déclencher une révolution, qui part en quête d’une nouvelle manière de vivre ensemble ? Les stratégies artistiques des années 60 sont-elles encore applicables ? Dans quelle mesure la critique du système de 1968 diffère-t-elle de celle du début du XXIe siècle ?


VENDREDI 6/10

18:00 > 19:00
Guy Gypens & Lara Staal (modérateur Erwin Jans)
Sur la repolitisation de l’art

Avec RE:THINK, RE:MAKE et RE:RITE, le Kaaitheater a tissé, trois saisons consécutives, un fil politico-philosophique à travers sa programmation. Par le biais de conférences et de spectacles, nous tentons, en notre qualité de maison des arts et de la culture, de soulever des questions concernant la profonde dépolitisation de la société. De plus en plus d’artistes se rebellent contre le mantra « il n’y a pas d’alternative » et souhaitent partir concrètement à la recherche d’alternatives. Quel effet cet engagement a-t-il sur l’autonomie de l’art ? Et quelle attitude adopte une institution d’art subventionnée ?