Richard Maxwell / The New York City Players [New York]

Drummer Wanted

Drummer Wanted
Drummer Wanted

22.03 – 25.03.2006

Frank est un batteur de rock, un bon à rien qui approche la trentaine. Il habite encore chez sa mère qui joue du piano et qui, comme son fils, se met de temps à autre à chanter à tue-tête. Sous cet apparent bonheur « karaokéen », le malaise couve. L’auteur et metteur en scène Richard Maxwell campe ses personnages dans son style habituel, neutre et archi-sec, et donc irrésistiblement comique.

L'auteur et metteur en scène  Richard Maxwell définit ses pièces comme des musicals mais elles n'ont que peu de choses en commun avec Broadway. Maxwell a  fait ses preuves au début des années 90 au Steppenwolf Theatre de Chicago et travaille maintenant depuis quelque temps à New York, e.a. pour The Kitchen et PS 122. En 1999, il a reçu un Obie Award pour sa dernière production en date, House.

Maxwell épure sans pitié le texte, le jeu et l'esthétique pour arriver à un théâtre d'une stylisation extrême, dont le style lapidaire et l'économie d'émotions et de mouvements, ont un effet désopilant sur le spectateur.

Maxwell: "J'essaie, dans mes pièces, d'approcher la neutralité d'aussi près que possible. Je veux que mes acteurs récitent leur texte imperturbablement et que le public remplisse les lacunes et les interprète à sa façon." The Village Voice: "Maxwell arrache le masque du théâtre et met à nu une vérité que l'on voit rarement sur scène."

En 2000, Maxwell s’est produit aux Kaaitheaterstudio’s avec son spectacle Showy Lady Slipper. Le journal The New York Times en parlait en ces termes : « Les acteurs disent les mots de Maxwell et chantent ses chansons comme s’ils étaient des mannequins appelés à la vie qui comprennent à peine leur dialogue. L’amour de Maxwell pour ses personnages est cependant plus que clair : on rit bientôt à gorge déployée des bizarres créatures qui, bien qu’extraterrestres, sont immédiatement reconnaissables. » The Village Voice: « Avec leur regard vide, leurs voix sans inflexions et leurs mouvements limités, les acteurs cèdent la place aux émotions naturelles. Richard Maxwell se moque des prétentions du drame psychologique ; pourtant, dans Showy Lady Slipper, il montre que les conversations superficielles recèlent des sentiments profonds, qui n’apparaissent que quand la conscience s’efface. »

En 2001 Maxwell et ses compères étaient au Kaaitheater avec leur mélo postmoderne, Boxing 2000.

EXTRA: Concert gratuit le 24 mars après la représentation (22h). Cliquez ici pour plus d'info. 


texte, musique & mise en scène Richard Maxwell
avec Ellen LeCompte, Pete Simpson
directeur de la production 
Barbara Hogue
régisseur Janet Clancy
directeur de la scène Scott Sherratt
direction générale Christina Masciotti
décor Angela Moore
costumes Tory Vazquez
éclairage Michael Schmelling
musique supplémentaire J.S. Bach, Invention 1
production New York City Players
une commande du Wexner Center for the Arts at The Ohio State University (avec le soutien de la Doris Duke Charitable Foundation) et de Theaterformen 2002 (Hannover)
avec le soutien du DNA Project of Arts International, de la Greenwall Foundation, de la Jerome Foundation, de la Peg Santvoord Foundation, du New York State Council on the Arts, de Arts International et du A.R.T./New York - Andrew W. Mellon Foundation Arts Relief Fund