Nina Power [UK]

Conversation #3

08.03.2019

En 2009, Nina Power a écrit le livre One Dimensional Woman [femme unidimensionnelle] sur le portrait contemporain fait des femmes. Elle tire des parallèles entre l’émancipation des femmes et la société de consommation et critique l’absence de pensée politique systémique dans le féminisme « branché » d’aujourd’hui. Aussi propose-t-elle des modes de penser alternatifs pour parvenir au changement dans des domaines comme le travail, la sexualité et la culture. Depuis la parution de son ouvrage ont émergé le mouvement #MeToo et d’autres questions brûlantes concernant les femmes. Quel regard rétrospectif Nina Power porte-t-elle sur son ouvrage et son appel d’alors ?

• Nina Power est critique cultuelle, philosophe et traductrice. Elle enseigne à la Roehampton University et a traduit des livres d’Alain Badiou.

Sujets apparentés

Didier Eribon

Conversation #1

talk

Conversation #1
Conversation #1

production

lu 24.09.18

Dans son livre Retour à Reims, Didier Eribon combine un récit autobiographique avec une analyse sociologique puissante. Après le décès de son père, l’écrivain retourne dans sa ville natale de Reims. Il y redécouvre le monde ouvrier qu’il a quitté trente ans auparavant. En se plongeant dans son histoire familiale, il mesure à quel point le système de classe a déterminé et détermine toujours le cours de leur existence.

Afua Hirsch

Conversation #2

talk

Conversation #2
Conversation #2

production

lu 21.01.19

Dans son premier ouvrage Brit(ish): On Race, Identity and Belonging [Britannique : à propos de race, d’identité et d’appartenance], elle écrit un récit personnel subtil qui brosse en même temps le tableau historique plus large d’un pays. Qui peut s’approprier l’identité britannique ?

Thijs Lijster

Conversation #4

talk

Conversation #4
Conversation #4

production

lu 01.04.19

Dans notre monde actuel complexe, nous considérons la société toujours davantage comme un « monde extérieur » pense le philosophe néerlandais Thijs Lijster. Face à l’idée que l’Histoire nous prend de court, il défend le potentiel collectif à créer l’Histoire.