Jérôme Bel [FR]

Conférence sur rien (1949)

Conférence sur rien (1949)
Conférence sur rien (1949)

08.11.2019

« Je n’ai rien à dire et je le dis. » C’est avec ces paroles que le compositeur, théoricien et philosophe états-unien John Cage entame son discours Lecture on Nothing à l’Artists’ Club à New York en 1949. Le texte emprunte beaucoup à une partition hypnotique qui suivrait la structure des récentes compositions musicales de Cage – y compris une attention particulière au silence. En même temps, il s’agit d’un manifeste artistique : un flux de conscience de poésie, de philosophie et de passages autobiographiques dans lequel des questions cruciales font surface. De quoi avons-nous besoin ? Où trouver la joie ? Comment aimer le monde qui nous entoure ?

• Le chorégraphe français Jérôme Bel monte depuis plus de vingt ans sur les planches du Kaaitheater. Nous avons présenté, entre autres, The show must go on, Pichet Klunchun and myself et Jérôme Bel.


by John Cage | read by Jérôme Bel | translation to French Vincent Barras in Silence – Conférences et écrits (Éditions Héros-Limite) | production R.B. Jérôme Bel | thanks to La Commune Centre dramatique national d’Aubervilliers, Festival d'Automne à Paris, The John Cage Trust | artistic advice and executive direction Rebecca Lee | production manager Sandro Grando | R.B Jérôme Bel is supported by the Direction régionale des affaires culturelles d'Ile-de-France, French Ministry for Culture and Communication, the Institut Français, French Ministry for Foreign Affairs, for its international tours, ONDA – Office National de Diffusion Artistique

Sujets apparentés

Jérôme Bel

Rétrospective

film talk

Rétrospective
Rétrospective

film

je 07.11.19

Jérôme Bel jette un regard subjectif sur ses travaux précédents. Remontant le fil de ses archives vidéo, il en distille dix-huit extraits de ses spectacles les plus significatifs pour reconstituer, à travers un montage minutieux, le déploiement de sa réflexion sur la danse. En se concentrant sur le nouage entre danse et politique, il fait mieux ressortir les préoccupations centrales. Après la projection suit une longue discussion avec le chorégraphe.